lundi 21 mars 2011

Gibedées de mars

Jeu de mot pourri pour le titre, désolée. Gibedées, giboulées... Non? Bon.

Mon colocataire m'a prêté trois bandes dessinées que j'ai lu avec grand plaisir: d'abord Pyongyang, et Chroniques Birmanes, de Guy Delisle. J'ai vraiment adoré le style de cet auteur canadien qui livre son expérience d'expatrié propulsé au sein de ces deux dictatures sans jamais en faire trop. J'ai adoré les deux mais je préfère parler des Chroniques Birmanes, c'est celui qui m'a le plus touché et inspiré.

Chroniques Birmanes


J'aime beaucoup la sobriété des petites histoires qui nous livrent les impressions de cette vie quotidienne étrange dans des pays ou tout est loin d'être permis. Ce qui me plait le plus c'est le ton, qui est très juste mais pas moralisateur. 


Dans cette bédé autobiographique, le narrateur, sa compagne et leur bébé s'expatrient en Birmanie. Elle travaille pour les Médecins du Monde pendant qu'il s'occupe de son nouveau-ne et dessine (c'est son métier).  Il emmène Louis avec lui dans ses découvertes de la ville. Ce duo inattendu et leurs interactions avec ce nouvel environnement dégagé une grande douceur. On sent qu'ils ont le temps.


Guy juge les situations par rapport a son expérience directe, il n'y a pas de grand discours moralisateur ou donneur de leçons, juste des émotions humaines, révolte, douceur de vivre, ennui, tristesse, injustice face à de situations bien réelles...




Du coup, un pont de communication se créée, parce qu'en nous livrant les difficultés éprouvées aux quotidien par les Birmans dans son expérience quotidienne, même si c'est souvent suggéré et pas montré, on peut les ressentir de manière bien plus réelle que ce que nous renvoie toutes les news et journaux télévisés du monde. 






J'ai vraiment adoré et j'ai hâte de lire les autres titres. En attendant heureusement il y a son blog ou on retrouve vraiment l'esprit des bouquins. 



La troisième s'appelle Trop n'est pas assez de Ulli Lust, road trip un peu trash de deux punkettes autrichiennes vers et en Italie. Sexe, drogue, rencontres bizarres et mecs paumés sont au rendez-vous pour ces deux filles de dix-huit ans, j'ai bien aimé mais trouvé ça un peu trop long et répétitif au bout d'un moment, même si on sent que c'est parce que c'est autobiographique et qu'il y a un souci de respecter des faits qui ont probablement réellement eu lieu, dans la progression du récit.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire